Gonzague Dambricourt

Blog perso d'un garçon curieux qui parle dans son sommeil

Publié le par Gonzague Dambricourt


Bower and Wilkins T7
Photo au merveilleux petit Sony RX100 Mark III

Après plusieurs semaines voir même .. mois à trôner dans mon bureau puis dans ma chambre, j'ai enfin rallumé l'enceinte Bower and Wilkins T7 et passé quelques temps à l'écouter pour rédiger l'essai qui va bien. 

La T7 c'est une enceinte qui vit un peu sur un créneau spécial celui des enceintes bluetooth un peu haut de gamme mais pas trop comme la Bang and Olufsen (B&O) A2. D'ailleurs rigolo que ces marques aient toutes les deux des noms qui s'abrègent en "B&" .. B&O et B&W.

Techniquement c'est un joli bébé de 940 grammes intégrant 2 hauts parleurs de 2 pouces pour les aigus et les mediums ainsi que 2 radiateurs pour les graves, la gestion du Bluetooth 4.1, des amplis numériques (2x12 watts), une entrée mini jack ..

Elle est moins puissante sur le papier que la B&O A2 (listée à 2x30 watts) mais elle remplit largement une pièce de musique, suffisamment même pour se faire un peu mal aux oreilles. Comme la majeure partie des enceintes Bluetooth modernes, elle intègre un DSP qui adapte la façon dont le son sort en fonction du volume ce qui a pour effet de neutraliser les basses à haut volume.. rendant le son assez criard.

Au global, un produit au son vraiment bien détaillé, qui mérite une ergonomie un peu retravaillée et pourquoi pas la possibilité de le charger - même si lentement - en USB pour les voyageurs!

Achat : sur Amazon

Page actuelle : Gonzague Dambricourt » les tests / essais / prises en main » Essai : Bower and Wilkins T7
| Tagged ,