Gonzague Dambricourt

Blog perso d'un garçon curieux qui parle dans son sommeil

Publié le par Gonzague Dambricourt


La chose bleue à gauche
Vous voyez le tshirt bleu à droite? C'est .. ah . moi ..

Qu'est-ce qu'on dit quand on est invité à dîner (avec plein de journali-geeks) chez Martin Varsavsky ( l'homme dont je copie / colle le nom de famille pour éviter de me tromper 😀 ) ? On dit oui.

Alors bien sûr je n'ai pas été invité pour mes beaux yeux (dommage - ou - ça se saurait mais plutôt pour la présentation dans un cadre assez intimiste de la Fonera 2.0. Produit dont on parle sur le net depuis facilement .. deux ans 😛

C'est qui Martin V ? C'est un Espagnol qui parle français, anglais, espagnol, italien, allemand (et j'en passe), qui a 48 ans, qui est super cool, détesté par pas mal d'autres Espagnols car apparemment là bas il est considéré comme quelqu'un qui "se la pête".

La personne que nous avons rencontré le jeudi du dîner était tout sauf prétentieuse. Abordable, drôle, gentil... C'était plutôt comme ça que je le décrirais 😉

Bref. assez sur Martin, fondateur de Fon. Passons rapidement à Fon. Vous savez ce que c'est? Une grosse communauté de gens qui partagent leur wifi grâce à des "foneras" et qui soit 1) monétisent l'accès à leur wifi 2) ont accès au wifi des autres "foneros" gratuitement. C'est un résumé grossier. pardon si j'ai blessé des bébés phoques en oubliant des choses.

Tout allait bien avec la Fonera "1" .. rappelez vous cette photo de 2007 :

Fonera 1

On partageait son réseau ou quand on était vilain, on changeait le firmware pour mettre DD-WRT. Je crois avoir été vilain ou curieux :mrgreen: . Une de mes premières rencontres avec le SSH...

Bref... Depuis les temps ont changé, quasiment tout le monde a un téléphone mobile, énormément de ces gens ont un mobile 3G et quelques uns ont une carte data 3G pour leur ordi. A côté de ça énormément de monde a désormais un accès internet à domicile avec le Wifi et souvent accès au wifi des voisins et les wifi ouverts ont fleuri ( exemple de la ville de Paris ).

Bref....... La Fonera "1" perdait tout de même de son intérêt pour l'utilisateur puisqu'il avait de plus en plus de moyen d'accéder au net .. sans utiliser le réseau d'un "pair".

C'est là que vient la Fonera 2.0. Pas exempte de défauts mais embarquant des idées et une certaine évolutivité. Elle possède un port USB.. qui permet d'y brancher des clefs USB et disques dur.

A partir de ces supports on peut déclencher des uploads automatiques sur des sites pré réglés (paramètrables sur l'interface web de la Fonera) comme Flickr / Facebook / Picasa. Ou de la vidéo sur Youtube. Pas mal du tout. Dans l'autre sens, la Fonera peut servir de client BitTorrent (Madame Albanel va adorer) et enregistrer les téléchargements sur clef / disque.

Mais un des journalistes présent a eu la pertinence de soulever un des soucis de cette Fonera : elle ne gère qu'un "utilisateur" pour ces actions dites autonomes : on branche une clef USB et zou, les photos partent sur le compte de Gonzague. Mais que se passe-t-il si la soeur de Gonzague veut faire la même chose? Elle doit tout reconfigurer. Dommage.

Si vous êtes enfant unique / geek célibataire (et non ça ne va pas forcément ensemble) / assez fortuné pour acheter une Fonera par personne dans la famille... vous devriez aimer ce périphérique qui permet d'uploader / et de télécharger sans laisser tourner votre ordinateur .. et donc de réduire votre consommation électrique, faire attention à votre belle planète ou tout simplement faire autre chose, ailleurs, avec votre ordi.

Pour retrouver une partie du speech de Martin c'est par là :

Photo par "le" Jérôme, blogueur très influent 😛

Page actuelle : Gonzague Dambricourt » le matos » Et la Fonera 2.0 naquît
| Tagged