Message aux paranoiaques des CGUs

Aujourd’hui Google a annoncé Google Drive (pour l’instant tout sauf une révolution mais bon c’est un autre sujet).

Comme à CHAQUE fois qu’un service web sort, les « chevaliers blancs » d’Internet vont lire les conditions générales d’utilisation (CGU) desdits services pour pouvoir sortir un article ou des tweets en mode « scandale ».

Pourquoi ? Car pour beaucoup de services Internet qui doivent notamment faire du stockage de données (que ça soit un tableur, une photo ou je ne sais quoi d’autre), les éditeurs de ces services doivent se protéger juridiquement du premier relou qui va porter plainte parce ci ou là.

Ces conditions peuvent paraître abusives (et le sont parfois réellement) mais elles sont une simple protection dans un monde où une plainte peut très vite coûter des millions d’euros / de dollars.

Mais pourquoi est-ce que Dropbox, Google Drive et autres utilisent des conditions d’utilisations qui leur donnent le droit de faire « ce qu’ils veulent » ( je grossis le trait ) avec vos données?

Parce qu’entre autres ils font ce qu’on appelle de la déduplication de données. Là encore je résume vite mais mettons que vous, un utilisateur B et un utilisateur C ayez tous la photo de Madonna sur votre Google Drive / Dropbox / autre. La déduplication consiste pour l’hébergeur à ne stocker qu’une fois le document (ou un ensemble de documents) pour économiser de la place. Rien de bien méchant.. ça évite de perdre de la place et si l’économie est petite à l’échelle d’une photo, elle devient intéressante quand c’est pour des centaines, milliers d’utilisateurs .. et encore plus si on parle d’un film à la place d’une photo.

Ce n’est qu’un petit exemple de ce qui fait qu’un hébergeur peut avoir besoin d’accéder à « vos » fichiers. Si on ajoute les services qui permettent de traduire, compresser, encoder … cela donne d’autres exemples d’usages.

Et donc les gens qui crient au loup ?

A chaque lancement d’un service, oulala on crie au loup : les méchants Google, les méchants Dropbox, ils veulent lire nos fichiers, les publier, ils se les approprient.

Les cocos.. vous êtes bien gentils mais vous étalez les 3/4 de votre vie sur Facebook, Twitter, et autres réseaux sociaux. Vous n’avez pas de code sur votre smartphone (alors qu’il contient surement un tas de trucs croustillants sur vous). Vous surfez sur des réseaux Wifis ouverts sans aucune protection… Et quand un bête service se protège juridiquement, voici que débarquent les vierges effarouchées. Redescendez sur terre, vos données sont stockées et traitées par des machines qui – jusqu'à présent – n'ont pas de sentiments et traitent avec le même égard vos photos de vacances au Club Med ou celles dans un hôtel de luxe de Monte Carlo, et tout ce que vous pouvez mettre d'autre .. en ligne.
Je suis bien conscient qu'il ne faut pas vivre dans un monde où tout est bien, tout le monde est gentil mais tenter de se faire mousser à chaque fois sur la même chose .. prenez un break et devenez un peu plus créatifs 😉
Si ça ne tenait qu'à moi, avant de prendre peur sur ce genre de choses, je commencerais par être plus regardant sur ce que certains services , édités par des sociétés bien plus petites et discrètes , font de vos données .. par exemple les applications sur smartphone qui volent purement et simplement votre carnet d'adresses, les services web qui spamment tous vos contacts..
Si j'étais vous j'éviterais aussi d'avoir le même mot de passe sur tous les services web que j'utilise. Et j'éviterais aussi de mettre le nom de ma copine ou le nom de mes enfants. Et également, rappelez vous que grâce au Patriot Act, tout ce que vous publiez, stockez sur des serveurs stockés aux États-Unis est assez tranquillement accessibles par les autorités américaines même si l'éditeur XYZ vous promet dans ses conditions de ne jamais mettre le dossier dans vos photos de soirées échangistes.Evidemment ne soyons pas naïfs, quand Google ne fait pas payer un service, c’est que vous êtes le produit. Rien n’est gratuit sur Internet et quasiment tout se monétise. Gardez à l’esprit que la majorité des sites Internet utilisent des outils qui permettent de se faire une idée précise de votre comportement, de vos centres d’intérêt .. et qu’ils n’ont pas attendu l’ouverture de Google Drive ou Dropbox pour ça 🙂

Et puis une astuce, si vous êtes parano, le mieux c’est carrément de résilier votre abonnement ADSL / Fibre tout de suite car sur la « toile », tout le monde laisse des traces et parfois dans des endroits sur lequel on n’a aucun contrôle.

41 commentaires

  1. Il n’y a sûrement pas de quoi crier au loup, cependant, il me semble naturel de s’interroger. Il est difficile aujourd’hui de se priver de certains services qui effectivement détiennent des informations beaucoup plus sensibles. Mais cela n’empêche pas de se poser des questions et d’émettre des réserves.
    Les gens profitent évidemment de la sortie d’un nouveau service pour y penser, alors que le problème existe partout, mais au moins, ça fait une petite piqure de rappel.
    On peut rouler en voiture et être écologiste 😉

  2. Je suis complètement d’accord avec toi. La multiplication des clauses des CGUs visent à se protéger des utilisateurs qui cherchent la mouche. Ca me fait un peu penser aux gens qui portent plainte quand ils glissent sur une frite au MacDo ! Les clauses leurs permettent de faire « ce qu’ils veulent » pour pas que les clients fassent n »importe quoi ». 

  3. voilà ! Ce qui n’empêche pas de faire attention bien sûr !

    C’est bien de se poser des questions mais il faut arrêter les cowboys qui se prennent pour des juristes (et qui en plus traduisent très mal l’anglais).. 

  4. L’exemple de Google Drive n’est sans doute pas le approprié, on est d’accord. Mais il serait temps que les gens commencent globalement à réfléchir à ces problématiques de vie privée.

  5. Exactement ! Au fait, changement de sujet radical mais il est génial ce plugin de commentaires avec l’identification de nombreux réseaux sociaux intégré et le système de « like » 😉

  6. 🙂 oui ..  moi je trouve plus problématique que Facebook puisse fermer le compte d’un utilisateur sans sommation et le priver ad vitam eternam d’un pan de sa vie sociale, parfois sans raison 

  7. Facebook, Google, Apple… Ils ont tous aujourd’hui une puissance assez incroyable. Dans des mains qui semblent un peu fragiles.

  8. Très bon article. Cependant un point me gêne. En fait, les conditions d’utilisations c’est une forme de commission rogatoire. Grâce aux conditions d’utilisation (  si on les a acceptés bien entendu ) le service (dropbox, icloud, google drive) peut regarder tes données ? 

  9. Outre la parano habituelle sur le pistage & blablabla, le message que j’ai vu passé dans ma TL était encore plus ridicule : https://twitter.com/#!/timsneath/status/194865858525413376

    Là le gus va quasiment jusqu’à insinuer que si vous déposez un joli fichier Scrivener sur Google Drive contenant ce que vous pensez être la prochaine grande saga YA (genre une histoire de vampires se déroulant dans l’Upper East Side avec un triangle amoureux saphique), les diables de Mountain View peuvent à tout moment venir vous piquer votre chef-d’oeuvre, le publier sur le Play Store puis vendre les droit à Hollywood…& empocher les brouzoufs à votre place ^^

    Genre Google Drive est un cheval de Troie créer pour piller les utilisateurs…parce que le business actuel de Google, ça marche pas terrible.

    Arriver à ce niveau, il ne sert plus à rien d’essayer de raisonner…si vous avez mauvais esprit vous pouvez à la rigueur offrir des cordes (mais cela risque de rapidement devenir un sacré budget au vu du nombre de nécessiteux).

  10. Oui j’avais bien compris ça. Je me demandais juste, si grâce ça il pouvait chercher partout dans tes donnés en ligne sur le service. 

  11. Croyez-vous vraiment que Facebook, Google, Apple vont utiliser vos données personnelles (et je parle de photos, vidéos, documents) à votre insu ? Non, je n’y crois pas. Et même s’ils le font, leur CGU ne va pas pour autant les protéger si cela se produit à grande échelle.
    Et enfin, qu’ils utilisent mes informations pour savoir qui je suis pour par la suite me proposer un produit/offre promotionnelle/évènement qui m’intéresse je ne suis pas contre. Si j’aime les vins, je préfère avoir des offres des boutiques à proximité de chez moi qu’avoir des offres sur le dernier rasoir jetable.

  12. Exactement le même point de vue. Idem pour Google, le jour où il te supprime de leur écosystème, en faisant le calcul, bah je l’aurai un peu dans l’os 🙂

  13. You just dropped a BOMB. And I loved it!

    Très bon article, et ça fait d’autant plus (super) plaisir de lire du contenu d’opinion (par opposition aux news un peu plus conventionnelle) ! 🙂

    C’était sympa de voir ta réaction « live » hier soir sur Twitter, mais je suis content que tu ai mis ça sous forme d’article! Je pense qu’il va falloir s’y réferer pas mal dans le future dès qu’un nouveau Facebook/Twitter/Dropbox/Pinterest/Uber/etc…-killer sera lancé !

  14. Je me permets de répondre, en disant simplement que je suis tout à fait d’accord.

    Toujours râler sur Google qui propose des services, parfois indispensable à l’heure actuelle, alors qu’on déballe son linge sale sur Facebook.
    Personne est gentil, ni méchant, ils font du simple business 🙂

    Merci beaucoup pour l’article 😉

  15. Google Drive et DropBox ont tout simplement besoin d’accéder à vos fichiers car… ils les manipulent à votre place. Et le pire, c’est que c’est vous qui le leur demandez.
    On ne peut pas placer des fichiers sur un serveur gratuitement et demander une sécurisation digne des abonnements les plus chers et des services les plus performants.
    Je ne suis pas contre la culture du gratuit : je suis contre les idiots qui l’appliquent à la lettre.

  16. Bonjour,

    Je comprends tout à fait ces contraintes techniques, mais pourquoi diable ces sociétés ne les expliquent pas ou mieux, ne les écrivent-elles pas noir sur blanc ?
    J’aime autant qu’un fournisseur soit honnête avec moi et s’engage sur, par exemple, la confidentialité de mes données plutôt qu’il ne mette des conditions d’utilisations lui permettant de faire n’importe quoi avec.

    Par ailleurs, êtes-vous certain que les gens qui réclament plus de vie privée sont les mêmes que ceux qui exposent tout sur facebook, ou installent les derniers gadgets sur un smartphone ?
    Et quand bien même une majorité utiliserait-elle ces services au détriment de leur vie privée : est-ce parce qu’ils sont nombreux à avoir tort qu’ils ont automatiquement raison ?

    Enfin l’argument « c’est pas mieux ailleurs et ça existait déjà avant » n’en est pas un : « battons nos femmes, ça se fait aussi ailleurs et ça a déjà été fait » …

    Alors, oui : je l’avoue, j’aime ma vie privée, et surtout qu’elle le reste. J’utilise des outils modernes quand le _besoin_ s’en fait sentir et je milite pour que le web soit plus respectueux de chacun.

    Est-ce si mal de ne pas accepter tout ce que l’on nous propose et de militer pour un meilleur service ?

  17. Et ben ! Ça faisait longtemps que Gonzague n’avait pas « bloggué ».
    Un très bon article, très instructif et qui résume parfaitement ma pensée, merci 😉

  18. Depuis ce matin, je vois toutes sortes d’infos et de commentaires sur le sujet. J’ai notamment commenté l’article de MacQuebec ici 
    http://macquebec.com/2012/04/google-drive-un-paragraphe-a-lire-imperativement/#comment-508933387. J’avoue avoir fait marche arrière ce matin alors que j’étais sur le point de me prendre le forfait à 2,50 $ (même pas le prix d’un café de nos jours et certains hurlent que c’est trop cher!!). Les arguments que je lis partout sont intéressants.

    Bravo pour votre blogue que je viens de découvrir et pour cet article.

  19. Je vous assure que MacQuebec est un site très bien, je suis un collaborateur de cet incontournable québécois de l’actualité Apple. Mais cet article m’a fait pensé à tous ces fanboys qui passent leurs journée à me contredire sur ce que j’écris parce qu’ils sont pros quelque chose. Dommage …

  20. Le probleme que je vois sont les droits que se réserve Google et non ce
    qu’ils font réellement.. Essentielement. il serait déjà plus juste si la
    licence d’utilisation nous protègerais davantage sans nécéssairement
    que Google stop ses activités.

    Dit-toi que dans le futur, le
    « cloud » aka « informatique omniprésente » controlera davantage nos vies.
    C’est comme les robots dans milles ans, qui est-ce qui les controlera
    suggérant l’idée qu’ils seront autonomes ? Présentement, nos systèmes
    informationnels le sont de de plus en plus.
    http://www.framablog.org/index.php/post/2010/05/22/code-is-law-lessig

    Aussi,
    je n’ai pas l’impression que mr tout le monde est suffisament conscient
    des risques présents et futurs de l’informatique.

    Bref, il faut bien sur voir le probleme dans son enssemble aussi rester sencible aux solutions disponnibles.

    owncloud.com/
    https://owncloud.com/overview

  21. Le premier paragraphe de ton commentaire n’est pas très intelligible Michael 🙁 

    Et merci pour la leçon sur l’informatique qui va controler nos vies je n’avais pas réalisé :-p 

    (Mais le controle de ta vie passe par le controle des données qui te concernent ^^) 

  22. Tu m’as ouvert les yeux. Ces CGU ne servent qu’à remplir des vide. Ces entreprises sont nos amies.

    D’ailleurs, l’armée ne sert qu’à remplir un portefeuille ministériel. Point.

    La vie est belle.

  23. « Redescendez sur terre, vos données sont stockées et traitées par des
    machines qui – jusqu’à présent – n’ont pas de sentiments et traitent
    avec le même égard vos photos de vacances au Club Med ou celles dans un hôtel de luxe de Monte Carlo, et tout ce que vous pouvez mettre d’autre .. en ligne. »

    Ok, mais derrière les machines, il y a des hommes, et personne ne sait vraiment ce qu’ils font. Il y a les données qu’on entre (dont on est responsable) et celles qui sont collectées (de façon parfois carrément malhonnête). Dans tous les cas, ça finit par faire beaucoup de données.

    Ton point de vue revient à dire : si tu ne veux pas qu’on écoute tes conversations téléphoniques, résilie ton abonnement.

    Je ne suis pas d’accord. Le moyen de communication qu’est internet (ou le téléphone, ou même le courrier) est un dû, son accès est un droit. La protection des données personnelles qui y transitent est donc un devoir. On n’est jamais à l’abri d’un malade qui épluche une base de données pour aller trouver les adresses de tous les juifs qui s’y trouvent (dédicace à une petit moustachu énervé)…

    Dans le cas de services gratuits, en effet, la donne est un peu différente. Il faut bien payer le bazar. Mais il faut quand même encadrer la récupération de données personnelles, parce qu’on sait où elle commence mais pas vraiment où elle s’arrête. Techniquement, elle n’a pas de limites. Surtout si on considère l’hégémonie (plus que flippante) de Google sur tout ce qui fait le web.

    Voilà pourquoi je me suis replié sur mon hébergement payant, de façon à utiliser les services gratuits de façon périphérique (tout ce que je leur laisse est sans importance et peut être divulgué/perdu) et à garder l’essentiel sur mon serveur.

    À terme, je ne crois pas à la gratuité de ces services. Payer un service donne des droits sur la prestation, c’est comme cela que fonctionne l’économie depuis quelques siècles. La gratuité financée par la pub finira bien par montrer ses limites quand les gens comprendront dans quel merdier ils se sont mis.

    Pour vivre heureux, vivons cachés. Même si l’on n’a rien à cacher.

  24. Ganzague, je viens de corriger mon commentaire. Je n’avais pas vue ta réponce et je te remercie de cette notification. Je trouve que le sujet est toujours pertinant. Et, je crois que qu’il faut s’assurer d’être prudent avec tous ce que l’on met sur internet… même si on nous dit que c’est privé. Je ne sais pas si ton avis à changé après les découvertes de Snowden. (comme si le projet Échelon n’avait jamais existé…) Mais, bref, c’est ton avis qui a peut-être évolué.

    Encore là, je ne sais pas si tu trouves que Assange soit inspirant mais voici un de ses derniers discours :
    http://www.forbes.com/sites/afontevecchia/2014/12/08/miami-rides-the-wave-as-art-basel-and-surging-real-estate-attract-the-billionaires/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *