Un niveau de violence modérée

Le titre n’est pas là pour le référencement. Juste pour deux vidéos que j’avais un peu envie de bloguer ce matin. La première c’est celle que vous avez du voir partout récemment car Otto l’a bloguée. Ujn second moi homonyme (je m’en doutais que je n’étais pas l’unique, le seul d’ailleurs je l’avais repéré en Octobre :-D):



(Celle là c’est pour les gens qui viennent essayer de te frapper)

ET puis… la seconde c’est quand des racailles de jeunes voyous veulent te piquer un truc que tu as payé avec la peau de tes fesses (ou celles de tes parents) – je viens de la retrouver chez yus :



Oh – parenthèse un poil sérieuse – pour faire un petit retour sur dimanche dernier, je vais bien , je ne suis pas trop devenu parano même si parfois dans la rue je suis saisi par des moments de stress qui ne durent que très peu de temps. Je crois que je fais juste un peu plus attention tout en ayant des moments d’insouciance totale. En mettant mon casque chéri, je m’isole. Du bruit, des gens.

Je marche, en musique, comme si le son de mes enceintes flottaient et m’entouraient. Ma musique, mon son. Un truc que je « maîtrise » un peu. Avec les boutons de l’iPod…….

Mais ça va la vie continue 🙂 Et vous, ça va? ^^

17 commentaires

  1. Ca m’a fait « rire » de voir le ‘ti en survett se faire rétamé par notre ami le bobo 😀
    Et le champion de monde de judo non mais le refelx pas du tout violent 😀

  2. Personnellement j’ai déjà vécu des situations pas agréables comparables à la tienne. Je me tiens toujours prêt à me battre dans la rue. C’est idiot mais c’est comme ça, je repère les situations et j’essaye de sentir venir le danger. Toujours être prêt. Ne pas rester statique trop longtemps et surtout être plus malin qu’eux.
    Les pointes de stress dans la rue je les ressent aussi. D’autant plus lorsqu’il y a beaucoup de monde ou que je suis dans un quartier/une ville que je ne connait pas. Je croit que le seul endroit où je n’ai jamais craint ce genre de choses (je n’y suis resté qu’une année pourtant) c’était à La Rochelle, ville formidable s’il en est 🙂

  3. Gonzague.TV que j’ai découvert y’a quelques jours personnelement m’a bien fait rire sur certaine vidéos … par contre les 12 vidéos de tecktonik qui se suivent … Bof !

  4. Pour en revenir à ton agression de la semaine dernière (content d’ailleurs que ce se soit bien terminé), j’ai une petite anecdote. Je revenais, il y a de cela quelques semaines, de l’appartement d’un ami entouré de trois autres personnes pour retourner au lycée où se situe ma prépa quand tout à coup nous avons croisé un groupe de trois autres personnes sur le même trottoir que nous mais en sens inverse. Nous étions à deux pas d’un boulevard passager et à cent cinquante mètres de mon lycée qui se situe dans un endroit bien fréquenté et relativement riche de Reims. L’un des trois arrête un de mes amis et commence à lui parler. Mes amis et moi croyaient qu’il le connaissait et ils ont continué leur route, mais voyant le regard de mon ami ainsi accosté, j’ai compris que quelque chose clochait et je suis resté à côté de lui.

    Au type en question de lui dire « Tu sais quoi ? J’ai un truc à te raconter. Ma reum m’a téléphoné pour me dire que je vais aller en taule. Ca me rend vénère et ça me donne envie de te marav ta gueule ». Oui, parce qu’en plus il sait causer la France le mec. Mon ami qui d’habitude est assez nerveux dans ce genre de situations garde son calme et essaye, le regard fuyant de les contourner. J’essaye de faire pareil mais un afro-américain que j’ai eu le malheur de regarder dans les yeux me met un coup d’épaule. Se faisant, je me recule et en une fraction de seconde, il a décoché son poing en ma direction. Grâce à je ne sais quel réflexe digne d’une suite à la trilogie Matrix (dont je me serais pensé incapable), je me recule et esquive son poing qui frôle mon nez de deux ou trois centimètres.

    Il enchaîne aussitôt les coups que j’arrive à parer avec mon bras (onze ans d’escrime finalement ça aide). Puis, à deux doigts d’en décocher une à mon tour, mon côté pacifiste reprend le dessus (bon d’accord, c’était surtout la peur de les voir sortir un couteau de leurs poches de manteaux de bonhomme Michelin) et je me décide à contourner les voitures à ma droite pour les éviter. C’était sans compter le fait qu’il se mirent cette fois-ci à trois sur moi essayant de me savater comme on dit. Même type de parade. J’ai quand même pris quelques coups dans l’épaule avant de m’apercevoir qu’ils n’avaient vraiment pas de force. Alors que je rejoignais les autres, j’ai aperçu l’afro-américain qui n’avait pas lâché l’affaire et qui arrivait par derrière pour finir ce qu’il avait entrepris.

    C’en était trop : je me retourne brutalement en sa direction pour le fixer droit dans les yeux d’un regard furieux et lui gueuler dessus comme je ne l’ai jamais fait auparavant. Tout en le regardant dans les yeux, je me retourne et m’éloigne tranquillement en marchant mais surtout en surveillant mes arrières jusqu’à ce que j’atteigne le grand boulevard passager.

    Bref, au delà de l’anecdote et du fait que cela fait très bizarre de se faire attaquer en pleine rue, je veux souligner par là l’absurdité des gars qui s’en prennent à n’importe qui et ce non pas pour voler mais par pur plaisir, par simple envie. Que ce soit moi ou un autre, peu importe, que je sois fortuné ou pas, c’est pareil, que j’ai une tête qui lui revienne pas ou pas, de toute façon il a envie de se battre donc il le fera. Déjà qu’un vol est une chose inadmissible surtout lorsqu’il est accompagné de violence, la violence gratuite l’est encore plus. Le problème est de savoir quoi faire pour canaliser ce phénomène qui est malheureusement de plus en plus fréquent.

    Dans tous les cas, pour avoir vécu il y a peu une situation proche de la tienne, je compatis et j’insiste sur le fait qu’il faut savoir résister et ne pas se faire écraser dans de telles occasions. Tu verras que la paranoïa qui est la conséquence de ce genre de « rencontres » se dissipera peu à peu pour faire place à une méfiance nécessaire (il faut être pris pour être appris) qui t’empêchera désormais d’emporter autant de matériel avec toi, surtout lorsqu’il est aussi visible. C’est quelque part un mal pour un bien, mais dommage qu’il faille en passer par là. L’être humain a décidément des côtés sombres qu’il sera difficile de comprendre pour certaines personnes comme toi et moi…

  5. Ah ouais quelle veine Deeder 😕 mais il y a un truc bizarre dans tes propos. Tu parles d’un « Afro-Américain »… en France, ça me parait peu probable qu’un touriste « s’amuse » à faire ce genre de choses donc j’imagine que tu as juste utilisé le mauvais terme. Afro-Américain c’est uniquement utilisé pour (et par ?) les Américains, tu as du regarder trop de séries TV. 😛

  6. J’avoue que ce n’est pas le bon terme, mais au mois on comprend ce à quoi je fais référence. Le type était le stéréotype même de l’afro-américain (de la coupe de cheveux aux vêtements : chaine en or, habits de marque, coupe afro…). j’avoue m’être mal exprimé, je ne trouvais pas le bon mot pour expliquer ce que je voulais dire.

  7. Le bon mot que tu cherches ça doit être « connard ». 😡 Enfin, quel que soit son look moi j’appellerais ça comme ça. :mrgreen:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *