Gonzague Dambricourt

Blog perso d'un garçon curieux qui parle dans son sommeil

Publié le par Gonzague Dambricourt


Aujourd'hui Google a annoncé Google Drive (pour l'instant tout sauf une révolution mais bon c'est un autre sujet).

Comme à CHAQUE fois qu'un service web sort, les "chevaliers blancs" d'Internet vont lire les conditions générales d'utilisation (CGU) desdits services pour pouvoir sortir un article ou des tweets en mode "scandale".

Pourquoi ? Car pour beaucoup de services Internet qui doivent notamment faire du stockage de données (que ça soit un tableur, une photo ou je ne sais quoi d'autre), les éditeurs de ces services doivent se protéger juridiquement du premier relou qui va porter plainte parce ci ou là.

Ces conditions peuvent paraître abusives (et le sont parfois réellement) mais elles sont une simple protection dans un monde où une plainte peut très vite coûter des millions d'euros / de dollars.

Mais pourquoi est-ce que Dropbox, Google Drive et autres utilisent des conditions d'utilisations qui leur donnent le droit de faire "ce qu'ils veulent" ( je grossis le trait ) avec vos données?

Parce qu'entre autres ils font ce qu'on appelle de la déduplication de données. Là encore je résume vite mais mettons que vous, un utilisateur B et un utilisateur C ayez tous la photo de Madonna sur votre Google Drive / Dropbox / autre. La déduplication consiste pour l'hébergeur à ne stocker qu'une fois le document (ou un ensemble de documents) pour économiser de la place. Rien de bien méchant.. ça évite de perdre de la place et si l'économie est petite à l'échelle d'une photo, elle devient intéressante quand c'est pour des centaines, milliers d'utilisateurs .. et encore plus si on parle d'un film à la place d'une photo.

Ce n'est qu'un petit exemple de ce qui fait qu'un hébergeur peut avoir besoin d'accéder à "vos" fichiers. Si on ajoute les services qui permettent de traduire, compresser, encoder ... cela donne d'autres exemples d'usages.

Et donc les gens qui crient au loup ?

A chaque lancement d'un service, oulala on crie au loup : les méchants Google, les méchants Dropbox, ils veulent lire nos fichiers, les publier, ils se les approprient.

Les cocos.. vous êtes bien gentils mais vous étalez les 3/4 de votre vie sur Facebook, Twitter, et autres réseaux sociaux. Vous n'avez pas de code sur votre smartphone (alors qu'il contient surement un tas de trucs croustillants sur vous). Vous surfez sur des réseaux Wifis ouverts sans aucune protection... Et quand un bête service se protège juridiquement, voici que débarquent les vierges effarouchées. Redescendez sur terre, vos données sont stockées et traitées par des machines qui - jusqu'à présent - n'ont pas de sentiments et traitent avec le même égard vos photos de vacances au Club Med ou celles dans un hôtel de luxe de Monte Carlo, et tout ce que vous pouvez mettre d'autre .. en ligne.
Je suis bien conscient qu'il ne faut pas vivre dans un monde où tout est bien, tout le monde est gentil mais tenter de se faire mousser à chaque fois sur la même chose .. prenez un break et devenez un peu plus créatifs 😉
Si ça ne tenait qu'à moi, avant de prendre peur sur ce genre de choses, je commencerais par être plus regardant sur ce que certains services , édités par des sociétés bien plus petites et discrètes , font de vos données .. par exemple les applications sur smartphone qui volent purement et simplement votre carnet d'adresses, les services web qui spamment tous vos contacts..
Si j'étais vous j'éviterais aussi d'avoir le même mot de passe sur tous les services web que j'utilise. Et j'éviterais aussi de mettre le nom de ma copine ou le nom de mes enfants. Et également, rappelez vous que grâce au Patriot Act, tout ce que vous publiez, stockez sur des serveurs stockés aux États-Unis est assez tranquillement accessibles par les autorités américaines même si l'éditeur XYZ vous promet dans ses conditions de ne jamais mettre le dossier dans vos photos de soirées échangistes.Evidemment ne soyons pas naïfs, quand Google ne fait pas payer un service, c'est que vous êtes le produit. Rien n'est gratuit sur Internet et quasiment tout se monétise. Gardez à l'esprit que la majorité des sites Internet utilisent des outils qui permettent de se faire une idée précise de votre comportement, de vos centres d'intérêt .. et qu'ils n'ont pas attendu l'ouverture de Google Drive ou Dropbox pour ça 🙂

Et puis une astuce, si vous êtes parano, le mieux c'est carrément de résilier votre abonnement ADSL / Fibre tout de suite car sur la "toile", tout le monde laisse des traces et parfois dans des endroits sur lequel on n'a aucun contrôle.

Page actuelle : Gonzague Dambricourt » l'internet, le grand, le vrai » Message aux paranoiaques des CGUs