Alors ce « leweb3 » ?

Un événement digne de ce nom. Un événement de taille puisqu’il y a avait donc plus de 1700 inscrits je les ai compté (étant en train de rédiger ce billet dans le train je n’ai pas les chiffres précis).

Parmi ces inscrits, évidemment une grande majorité de professionnels (eh oui : le ticket d’entrée coûtant entre 500 et 1000 euros, il fallait en avoir besoin). Ce qui est donc assez incroyable c’est de se dire que tous ces pros se réunissent en un point pendant deux jours et qu’ils viennent du monde entier pour cette « messe du web ».

Forcément, tout le monde n’est pas là mais un grand nombre de sociétés plus ou moins importantes du milieu sont au moins représentées. Certaines par leurs légions (Orange, Netvibes, Microsoft par exemple) d’autres avec quelques personnes de leur staff. Pour certaines, jeunes pousses (Goojet pour ne citer qu’eux) comme vieux singes (Microsoft ça va?), la présence était renforcé par un stand l’outil de visibilité matérielle.


Les stands ont le grand intérêt d’être comme des repères sur une carte : on est sûrs qu’en s’y rendant on trouvera un interlocuteur de ladite société. De plus ils peuvent utiliser des PLV pour mettre en avant leur produit / service et y associer un peu plus d’interactivité / de convivialité (une démo sur un écran de 100cm c’est toujours plus appréciable que sur un 13,3″). Cela n’empêche pas de rencontrer des représentants de sociétés sans stand tout aussi agréables (Gregory & Claire de Last.fm, Shamir de Yahoo, une partie de l’équipe Ziki, de l’équipe Vanksen, etc).

Bref ce « leweb3 » vous permet rencontrer / voir / revoir des gens dans un contexte assez sérieux. Ce contexte ne favorise malheureusement pas les longues discussions tant tout le monde veut voir…..tout le monde. C’est un peu la queue pour parler à certaines personnes (voir complètement impossible).

Ce que j’ai beaucoup apprécié c’est l’accessibilité de la plupart de ces « acteurs » du web. Peu importe qu’ils sachent que vous n’avez pas grand chose voir rien à leur apporter, ceux-ci vous accordent de leur temps, avec le sourire et en montrant un minimum d’intérêt à vos propos, bredouillés dans un anglais très frenchy. Par exemple nous avons discuté anodinement avec Robert Scoble, Vinvin etc. De mon côté je ne suis pas allé embêter Loic Le Meur particulièrement car il devait avoir bien assez de choses à faire comme ça mais j’ai quand même glissé un « merci » 😉 . Certains regretteront le passage éclair de la pile électrique Philippe Starck qui semblait avoir beaucoup d’autres rendez-vous.

Leweb3, après ce côté Networking qui me paraît être le plus important, ce sont aussi des conférences. Si j’ai un peu suivi la première journée , j’avoue avoir un peu décroché durant la seconde pour la simple et bonne raison que le wifi était inutilisable dans la salle de conf’ et que j’en avais besoin (cela aurait permis un live blogging intéressant). Dans ces conférences, des acteurs jeunes comme plus anciens intervenaient. Par exemple Kevin Rose, à l’origine de Digg.com, s’est exprimé en toute simplicité et de façon humble mais l’un des créateurs du format MP3 est également monté sur la scène faire sa présentation (déclenchant une overdose de sommeil parmi les gens restés le regarder, dommage car le fond était intéressant mais la forme mélangeait un accent germano-anglais à un ton plus ou moins las).

Est-ce que ça vaut « le coût » ? Pour quelqu’un en manque de contacts, absolument, c’est un investissement assez rentable quand on sait qu’on pourra approcher et discuter un peu avec des gens de sociétés comme Facebook, Digg, Microsoft et tant d’autres. Certains des intervenants n’étant pas en Europe, on fait là d’une pierre de nombreux coups puisque – pour les français – ces deux jours c’est « le web à la maison » 😉

Si vous n’avez pas besoin de développer un business reposant sur Internet ou de voir beaucoup de monde passez votre chemin : il y a une quantité de personnes agréables & abordables que vous pourrez rencontrer dans d’autres soirées ou à d’autres occasions pour le prix d’un ticket de métro et en plus vous n’aurez pas à attendre une éternité pour discuter avec eux.

Bien sûr il serait compréhensible que ces mêmes personnes n’apprécient pas qu’on passe une soirée orientée « détente » à leur parer boulot alors il faut savoir avoir le tact & la présence d’esprit de ne pas insister.

Mise à part ça c’était intéressant d’essayer le Kindle d’Amazon grâce à R. Scoble, de voir Otto le chauffeur de bus, Emery et un grand nombre de gens très sympas dont des blogueurs ayant à peu près mon âge (on se sent moins perdu 😉 )

Rappel pour ceux qui veulent voir les photos : this way

21 commentaires

  1. Pourquoi sont il habillé comme les gens de La Defense ???

    On est bien au Web 3.0 … eh bien la mise à jour 3.0 est super class!

    Quoique … pas de cravate…

    Comme le disait quelqu’un d’autre : un peu trop barré, la preuve pas que sur les billets mais aussi sur les photos.

  2. Salut Gonzague. Bien ta galerie flickr, ton nouveau porte-objectif fait de magnifiques photos 🙂 Aller je prépare mon billet en espérant que je me souvienne de tous les noms :p Bonne journée et bon courage pour tes cours, fou.

  3. Ca devait être relativement parfait. Tu peux pas savoir à quel point je t’envie. Même si c’était sans doute TROP professionnel, ça devait être foutrement intéressant.

  4. iRomano : bof tout le monde n’était pas habillé en costume 🙂 (* genre moi*)
    Misix : tu maitrises l’anglais ? 😉
    Pierrot : merci
    TiBo : c’est en effet sacrément pro ET intéressant

  5. Merci 🙂

    De rien pour le compte rendu même s’il est plutôt simple, c’est un peu ça un compte rendu en tant que blogueur / petit jeune pas très immergé dans l’entreprenariat

    LGirl : yep à la prochaine
    Romain : ravi aussi

  6. Bonjour Gonzague,
    j’étais aussi au Web3 et je te découvre sur internet…
    effectivement ton résumé du Web3 n’est pas très « entrepreneur », à ce propos j’aurais aimé avoir ta réaction sur le fait que le thème des logiciels et communautés libres n’a pas été abordé, pas plus que le web artistique, activiste ou documentaire. Evidemment de même qu’à Davos on ne parle pas des pauvres, au Web3 on ne s’intéresse pas au gratuit. Ou je devrais parler de « gratuit désintéressé » puisque la culture « free » imprègne le business model de toutes les start-up et réseaux sociaux en devenir… en effet il est toujours gratuit de s’y inscrire…
    Si c’était possible, j’aimerais recueillir tes réflexions sur les « oublis volontaires » du Web3 ainsi que sur cette illusion de la gratuité, peut etre pour les utiliser dans un article de conclusion sur http://www.leweb3-live.net. (que je finis demain au plus tard)
    merci !
    etienne b.

  7. « on ne parle pas des pauvres, au Web3 on ne s’intéresse pas au gratuit. »

    Donc selon toi, le gratuit ou le libre, c’est fait pour les « pauvres » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *