Merci pour l’éducation

J’étais dans le train quand j’ai entendu trois mamans discuter. Elles parlent informatique, études et éducation des enfants.

« Pour ses vingt ans, nous avons organisé une belle fête à notre fils et le plus beau cadeau qu’il nous aie fait c’est qu’il est venu nous remercier pour l’éducation que nous lui avons donné« .

Quand j’ai entendu dire ça, me mettant à la place des parents bien que n’ayant pas l’expérience de cette situation, une larme d’émotion se serait presque glissée sur ma joue. J’ai trouvé ça beau.

Quel meilleur remerciement que le fruit de votre « travail » qui vient vous dire « merci ». Reconnaître que malgré le fait qu’il (elle?) se soit opposé à vous durant de nombreuses années, vous menant la vie dure, il trouve que ce que vous avez fait était profitable. Que vos crises de nerfs, vos moments de désespoir et vos angoisses n’ont pas servi à rien.

Voilà, c’est tout, j’ai trouvé ça magnifique, et j’ai eu l’envie de le partager.

Moi aussi , j’ai un peu combattu mes parents, me suis disputé avec eux au point que soit ma mère soit moi partait en claquant les portes et en hurlant. Parfois en pleurant.

Inconscient que j’étais, fier d’utiliser ce mot idiot, je pensais vivre un enfer, le mot « suicide » traversait ma petite tête. Quand on pense avoir les parents les plus stricts et les plus coincés du monde. A tort, bien sûr.

Qu’est-ce que l’on peut être bête, qu’est-ce que l’on peut regretter nos paroles, nos idées. Ce n’est que six ans plus tard que j’y pense : qu’est-ce que l’on mène la vie dure à nos parents…

Je crois, avec le recul, avoir eu une excellente éducation (que j’ai un peu déformé donnant lieu à de mauvaises manières involontairement).

Je crois, après réflexion, avoir eu une enfance merveilleuse.

Gâté par les parents au début, j’en suis venu tout doucement à voler de mes propres ailes, à faire face à des échecs et des difficultés que mon éducation ou mes amis m’ont aidé à surmonter.

Que leur dire, que vous dire, parents, amis, à part « Merci » ?