Audi R8 Spyder V10 Performance : comment te dire adieu?

L’Audi R8 Spyder V10 Performance – Jaune « Vegas »

Ce n’est pas tous les jours que l’on peut conduire une super car et quand on vous laisse en prendre le volant pendant 4 jours, la meilleure des politesses c’est de dire deux choses: oui et merci.
Alors c’est ce que j’ai fait. J’ai dit : Ouiiiiiiiii .. merciiiiiii.

Double (mais bonne) dernière

Sa meilleure photo de profil

L’Audi R8 Spyder V10 Performance c’est 5.2 litres et 620 chevaux prêts à vous emmener – presque (on y reviendra) – partout. La R8 a été initialement présentée par Audi en 2006 avec un V8 atmosphérique central arrière. La dernière née de la famille a traversé moults améliorations stylistiques et technologiques. On pourrait dire qu’elle est dernier cri de par toutes les technologies qu’elle embarque.

Mais en parlant de dernier ci on peut aussi parler du dernier rugissement car ce modèle est probablement le dernier très gros bloc moteur atmosphérique de l’industrie. On le retrouve chez la Lamborghini Huracan, sa demi soeur plus extrême encore.

La R8 c’est donc à la fois la dernière merveille roulante sortie de chez la marque aux anneaux.. mais aussi un animal en voie & en voix d’extinction. Les normes anti pollution font en effet d’elle une bête un peu anachronique. Moderne par sa conception, mais plus tout à fait de son temps. Et de toute façon accessible à peu de gens (même si elle se vend plutôt bien!)

Peut on être trop rassurant?

Un de nos rédacteurs sur BlogAutomobile a eu la chance de rouler en Allemagne avec la R8 coupé .. vous pouvez lire cela ici … et on peut lire entre les lignes le sentiment que je partage: l’électronique de la R8 est incroyable de maitrise, de mise en confiance. Le Quattro, capable de répartir toute la puissance , un châssis excellent, la R8 donne le sentiment d’être un pilote. J’avais eu le plaisir de conduire l’ancien modèle en 2016 et si à l’époque on parlait de modèle « Plus » au lieu de l’actuel « Performance », les sensations étaient déjà au rendez vous, encore plus avec un passage au circuit du Castellet qui permet d’exploiter l’animal sans totalement le dompter.

Il faut tout de même faut prudence garder quand on roule surtout sur route puisque celle-ci se partage et qu’il n’est pas question de mettre en danger d’autres gens.. et nous ne sommes pas pilotes.

Bref la R8 a un côté très exaltant, encore plus peut être dans cette version Spyder qui permet – cheveux au vent – d’entendre la cavalerie (même si le moteur lui n’est pas des plus accessibles).

L’autre côté rassurant c’est que la voiture est très simple à conduire avec une direction excellente, une boite de vitesse d’une fluidité impeccable, elle se prend en main sans trop de souci. Par contre, elle est aussi belle que grande et il ne faut pas se croire au volant d’une TT avec 4429mm de long, 1940mm de large.. et les immenses jantes à fleur de pneu, mieux vaut ne pas être trop près des trottoirs.

Alors le côté inquiétant c’est quoi? Et bien déjà pour le commun des mortels c’est à dire votre serviteur, avoir entre les mains un véhicule qui coûte 245 000 euros (avec options) et qui sait faire le 0 à 100km/h en 3.2 secondes c’est autant un témoignage de confiance agréable qu’une sorte de couperet suspendu pas loin au dessus de la tête: il convient de faire attention en permanence. Pendant la conduite, ne pas s’emporter à se croire meilleur que les lois de la physique même si le véhicule est incroyablement sécurisant, après la conduite car c’est vrai que c’est une responsabilité et qu’on n’a pas envie de se faire abimer cette voiture qui – mine de rien – attire l’oeil. Pour être franc je n’ai senti des réactions désagréables sur le fait de la conduire qu’en sortant de Paris mais une fois en province, les autres gens étaient plutôt enthousiastes.

Deux gars qui revenaient de la pêche aux appâts et qui étaient tout fous en voyant la voiture

Cockpit & Virtual Cockpit. Cocktail technologique

La R8 est une sorte d’avion de chasse roulant alors quoi de plus normal que de se sentir dans un cockpit.

Ce mot est aussi adapté car il est vraiment orienté « conducteur ». Celui-ci est agrémenté du Virtual Cockpit, système, lancé en 2014 par la marque, de grand écran remplaçant quasi totalement les compteurs et afficheurs analogiques. Seuls demeurent sur les extrémités droite & gauche le niveau de carburant & la température.

Le Virtual Cockpit est très agréable, il a plusieurs modes d’affichage (3) qui permettent de bénéficier dans un des modes du GPS en plein écran, dans l’autre d’un gros compteur central qui met en avant le compte-tour, la vitesse, le rapport engagé et le mode de la boite de vitesses, le tout mis en valeur par diverses animations visuelles esthétiques. Il y a presque un côté jeu vidéo : passer les rapports, aller chatouiller la zone rouge ..

Selon l’affichage en cours on peut changer les informations qui s’affichent à droite et à gauche du compteur pour avoir par exemple le guidage, le multimédia. Tout cela se commande assez aisément au volant mais comme tout système de ce type, il y a toujours un petit temps d’apprentissage.

Le mo.. quoi ? Oui, le moteur est bien caché et à peine accessible. De toute façon je suppose que vous n’envisagiez pas de faire des réparations vous même?

Dans la famille technologique, la voiture embarque donc aussi un régulateur de vitesse (non adaptatif), des phares Laser (option), clef sans contact, connectivité USB, Bluetooth, système de navigation MMI, système son Bang & Olufsen avec .. tenez vous des hauts parleurs dans le cou au niveau des appuis tête.. mais aussi des micros audio dans la ceinture!

On pense aussi à l’aide au stationnement par capteurs mais aussi en option la caméra de recul .. qui n’est pas de trop. D’ailleurs la R8 ne rabaisse pas toute seule ses rétroviseurs quand on fait marche arrière, j’aurais trouvé ça bien pour qui veut protéger les immenses jantes de 20 pouces. Vu le côté précieux du véhicule, j’aurais bien aimé encore plus d’aides. Le fameux système nommé AANPALV : Aide A Ne Pas Abimer La Voiture. Sinon, pro Tip : prenez un passager et faites le descendre dès que vous avez un doute.

Sur le volant à trois branches on retrouve le bouton Start qui permet de faire démarrer la voiture (mais aussi de l’éteindre, c’est un peu comme dans Windows), Drive Select qui permet de choisir entre les modes Dynamic, Comfort, Auto ou Individual selon comment on souhaite que se comportent moteur, boite, suspensions et assistances. Sous ce bouton, un petit drapeau à carreaux .. permet d’engager en un clic le mode Performance, celui-ci vous avertit alors que vous avez intérêt à savoir ce que vous faites. Il baisse en fait la sensibilité de l’ESP, change là encore le comportement moteur & de boite et débloque 3 sous modes Dry/Wet/Snow.

Performaaannceeeeeeeeeeeeee

Ayant emmené 12 personnes faire des tours dans le missile sol/sol pendant mes 4 jours & 900km de balades, déjà que la voiture ne laisse pas indifférent, le mode Performance lui.. porte très bien son nom et la voiture se mue d’une énième autre personnalité. Elle monte encore plus haut…on peut chatouiller voir dépasser les 8000 tours/minute. Une sorte d’orgue jaune décapotable.

Le double embrayage & le Quattro font des miracles pour délivrer d’une façon aussi spectaculaire que précise les 620 chevaux de la cavalerie. C’est presque trop, la voiture devient un tantinet brutale.

Mais il est magique – en 1 clic donc – de pouvoir changer à ce point le comportement, passant d’une voiture qui est puissante mais qui ne vous laisse pas faire de bêtises à un mode permissif où les glissades sont autorisées, où tout rugit et rougit encore plus.

Heureusement pour freiner, les freins en céramique (avec étriers rouges sur la photo ci dessus) viennent participer à stopper tout cela car la R8 fait plus d’1.7 tonnes et ça n’est pas rien.

Comme dirait Françoise Hardy

..Comment Te Dire Adieu ? A un moment quand même il fallu rendre cette belle Spyder à ses gardiens. Le retour à Paris, cheveux au vent était un plaisir bien sympathique, la circulation dans un Paris quasi vide moins l’enfer que ce qui nous attend à nouveau en Septembre. Le petit soulagement de n’avoir causé aucun dommage …

La R8 me manquera c’est certain même si c’est une voiture que j’aurais du mal à assumer. Elle ne passe pas inaperçu c’est le moins qu’on puisse dire. Le bon côté des choses? La plupart des gens que j’ai croisé avec avaient un enthousiasme débordant : photos, « wow ». Ce qui est original c’est qu’il a fallu que je sois à l’extérieur de véhicule pour me rendre compte que .. oui on m’a prêté une super car. Certes, elle a peut être un peu moins d’âme qu’une vieille Corvette Stingray ou autre machin iconique mais c’est tout de même une voiture marquante.

Je suis très curieux de ce qu’Audi va nous sortir après la R8 et donc notamment avec toute la mouvance plus « green » (en tout cas en terme d’émissions de Co2 pendant l’utilisation du véhicule) et en attendant, encore merci à eux de leur confiance.

Pour conclure cet article je vous propose quelques photos réalisées avec mon père. Je n’ai presque aucun mérite tellement la R8 est facile à prendre en photo. Ce qui est peut être difficile à reproduire c’est le sentiment qu’elle dégage.

Petit PS: la R8 est assez basse pour avoir nécessité d’installer des planches pour la rentrer chez mes parents .. un petit système de lift sur la prochaine comme chez la soeur Lamborghini ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *