Test / Essai : Vélo à assistance électrique E-Jitensha

Ca pourrait ne pas se voir mais j’aime bien la technologie discrète. Et le vélo. Mon dernier essai en date – le Cowboy – allait bien dans ce sens alors j’ai été très content quand on m’a proposé de tester le E-Jitensha, un vélo qui laisse à peine transparaitre qu’il contient de l’électronique.

Le vélo électrique le plus discret qui soit

Quand on parle vélo électrique on voit souvent: un énorme moteur, des câbles de partout, une grosse batterie, un écran, des boutons. Les marques font des démarches pour s’améliorer, je pense à VanMoof, Cowboy, Moustache, Fuell.. mais il y a encore du boulot. Bref.

Photo de votre serviteur par Léo Piastra

Ici, Jitensha (qui veut dire vélo en japonais), marque dont le créateur est français & adore la culture nipponne a créé un vélo de ville à assistance électrique très original: tout le moteur, l’électronique et l’intelligence sont regroupés dans le moyeu arrière..

Je vous propose de faire le tour en vidéo puis on entre un peu dans les détails :

Tonnerre de Zehus & la fée électricité

Voici finalement le coeur de ce vélo : son moteur appelé Bike, conçu par la société italienne Zehus

La grande particularité de ce vélo comme je le disais c’est son moteur dans le moyeu arrière. Il n’est relié à rien dans le vélo, il n’y a aucun câble, bouton ou autre élément technique. Conçu par la société Zehus, fabriqué à Taiwan, c’est une jolie prouesse technologique.

Le moyeu / moteur arrière et la prise de charge

Le moteur est donc un tout en un de 250 watts, qui contient aussi sa batterie 30V Lithium-Ion de 160 Wh, pèse 3.4 kilos et .. plutôt rare sur le marché gère le freinage régénératif! Le vélo sait donc se recharger si vous rétropédalez ce qui vient aussi aider à ralentir en descente. Très malin.

Il est bridé à 25 km/h et dispose – en mode « Turbo » d’une autonomie de 30 kilomètres. S’il est utilisé dans un autre mode, celle-ci peut être plus grande mais l’assistance sera moindre.

Le moteur se gère sur une application smartphone que je n’ai pas pu essayer (3 niveaux d’assistance possibles)

Le vélo n’a pas énormément de couple (environ 20 Nm)… il est à entrainement direct et sur un voltage assez faible (les autres vélos sont souvent en 36 à 48 V) ce qui fait que dans les montées, il ne vous transformera pas en Lance Armstrong.

Le vélo est utilisable aussi quand la batterie est vide et comme il pèse environ 13 kilos, vous ne serez pas dans la souffrance mais s’il faut monter une cote .. là ça sera une autre affaire comme il n’y a pas de vitesses.

Transmission single speed / chaine

Sobriété tape-à-l’oeil.

Beau & clinquant

Le E-Jitensha est sobre et en même temps hypeeeeer tape à l’oeil: la finition essayée (couleur cuivre brillant) ne passe pas inaperçue. Ce qui est drôle car le contraste entre la discrétion du moteur, la simplicité du vélo et son look.. font qu’on aurait un peu peur de le laisser seul dans la rue.

Là où s’arrête l’avantage de la simplicité

Ce vélo comme répété plusieurs fois et très simple et il faut donc voir que de fait on n’a pas beaucoup de choses qui me semblent aujourd’hui utiles & agréables notamment: l’éclairage intégré. En effet c’est ce qu’on retrouve chez les – très différents – concurrents VanMoof & Cowboy, mais quel plaisir de ne pas avoir à accrocher d’hideuses lampes USB ou à pile à l’avant et à l’arrière du vélo.

Vous noterez aussi que le vélo tel qu’il nous a été prêté n’est pas équipé de certaines choses obligatoires en France (source) mais je crois qu’il est vendu avec :

  • Un ou plusieurs catadioptres arrière (ainsi que la remorque, si nécessaire)
  • Catadioptres orange visibles latéralement
  • Catadioptre blanc visible de l’avant
  • Catadioptres de couleur orangée sur les pédales
  • Un appareil avertisseur (sonnette). Le son de son timbre ou de son grelot doit être entendu à 50 mètres au moins.

Et pour circuler la nuit :

  • Feu de position émettant vers l’avant une lumière non éblouissante, jaune ou blanche
  • Feu de position arrière qui doit être nettement visible de l’arrière lorsque le vélo est utilisé.

Confort et utilisation

Le E-Jitensha ne procure pas le confort d’un canapé en cuir ou d’un vélo tout suspendu ni l’ergonomie d’un équipement spécialisé. Il est donc supportable pour faire quelques kilomètres entre la maison & le travail mais pas de longs trajets (à mon gout). Il en va de même de sa – belle – selle & de la position de conduite du modèle que j’ai essayé (cadre Tokyo).

Il n’est pas vendu avec des gardes boues ce qui fait que ça sera sympa pour circuler en été mais en hiver, courage.

L’assistance électrique apporte un plus non négligeable à toute personne qui pourrait être un peu inquiète de ne pas avoir la condition physique suffisante pour faire tout en mécanique. Ce n’est pas non plus une fusée mais ça fait le job. Comme mentionné, le couple de l’assistance électrique n’est pas sensationnel donc vous ne ferez pas l’ascension de l’Everest avec le E-Jitensha.

Dédoublement de personnalisation

Le E-Jitensha est personnalisable en ligne par exemple il est possible de le prendre avec un cadre nommé « Paris » dont la conduite est plus droite :

Pour le cadre Paris, comptez à partir de 2340 euros, 1 taille de cadre, 4 couleurs de cadre, 2 couleurs de fourche, 4 guidons, 3 choix de selles & poignées, 2 choix de couleurs de pneus.

Pour le cadre Tokyo, comptez à partir de 2390 euros, 3 tailles de cadre, 7 couleurs de cadre, 2 couleurs de fourche, 4 guidons (Bullhorne, Race, Lowriser, Moustache), 3 choix de selles & poignées, 2 choix de couleurs de pneus.

Bref il y a de quoi se faire son vélo un peu unique mais .. à un prix non négligeable pour un vélo aussi simple et si peu équipé.

Les plus & les moins de ce vélo

Les avantagesLes inconvénients
Un look inimitable
Simple d’emploi
Batterie inamovible
(mais garantie 2 ans & 30 000km, couterait 300 euros à remplacer)
Aucun témoin d’état
Prix
Peu voir pas d’accessoires (garde boue, éclairage, porte bagage)

A mon sens, le E-Jitensha est un peu un plaisir coupable d’esthète qui veut avoir de l’électrique sans donner l’impression de conduire un Char Leclerc. Et pour cette partie, la mission est réussie.

Pour le reste, il est tout de même assez cher pour un vélo aussi « basique ». Mais le vélo est assemblé à la main sur commande.

Bref, un très beau produit mais donc il faut avoir compris les limites si on veut l’acquérir. Reste à voir s’il est éligible aux subventions aidant à l’achat d’un vélo (électrique) 🙂

Retrouvez plus d’infos sur le site de Jitensha
Merci Léo pour les photos & Baptiste pour la vidéo, merci Mélodie pour le prêt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *