La Controverse a du bon

Ceci est une traduction de l’article de Boris que j’ai trouvé intéressant. Ma traduction est loin d’être parfaite surtout que certains paragraphes du texte original s’enchaînent bizarrement donc c’est difficile de traduire sans trop modifier.

Lundi soir, J’ai fait de la soupe pour 25 personnes. Elle contenait des brocolis, de la courgette ainsi que d’autres légumes. Pour rendre la soupe un peu spéciale, j’y ai ajouté un peu d’huile de truffe avant de servir les plats. La truffe sent vraiment bon et rend quasiment n’importe quel plat « spécial ». Brillat-Savarin avait appelé la truffe ‘le diamant de la cuisine ». Certaines personnes décrivent l’odeur de la truffe comme étant similaire à celle de sous-vêtements pas lavés. Elle possède une forte odeur âpre et soit vous l’aimez soit vous la détestez.

Michael Arrington*(Editeur de TechCrunch & serial entrepreneur) est décrit comme arrogant, hypocrite voir même traité de « trou du cul ». Il peut être extrêmement critique à propos de sociétés, même celles dans lesquelles lui ou ses amis investissent sans se retenir. Malgré, ou grâce à, cela TechCrunch est LE blog high tech le plus connu du monde avec plus de 500 000 inscrits à son flux. Wired & Forbes ont tous deux nommé Arrington comme étant l’un des hommes lesp lus puissants sur Internet. Soit vous l’aimez soit vous le haïssez. Mais vous ne pouvez pas l’ignorer.

Être sujet à controverse est bon. Cela signifie que vous êtes différent. Cela signifie que vous allez vous faire des fans et des ennemis mais en tout cas vous attirerez l’attention. Être fade ( sans intérêt ) est ennuyant et ne fera jamais de vous le sujet de conversations durant des dîners. Tandis qu’être le contraire fait que vous aurez à vivre avec le fait que des gens vous haïssent ou ne vous apprécient pas.

Si vous tombez sur quelqu’un qui déteste réellement ce que vous faites (projet, société, produit, apparences, petite amie, voiture, musique) alors c’est peut être quelque chose de bon.

En fait, si personne ne le hait, il sera plus difficile de faire en sorte que des gens l’aiment. Ils peuvent vous aimer ou vous haïr mais ils ne pourront pas vous ignorer.

*Juste pour info : J’adore Michael Arrington

Mon avis sur son billet : une grande partie de vérité et notamment une approche intéressante de la façon dont on peut se faire remarquer. Que ça soit en cherchant un job, en montant une boîte ou tout simplement au quotidien, pour sortir un peu de la masse. La controverse suscite la discussion, le bruit et fait parler de vous. Là où il faut bien se débrouiller c’est pour éviter qu’on ne parle plus qu’en mal de vous 😉

12 commentaires

  1. C’est exactement ce qu’il t’arrive dans une moindre mesure en fait ^^

    On t’aime ou on t’aime pas, mais tu ne passe pas inaperçu xD

    Personnellement je te hais :p

  2. « Certaines personnes décrivent l’odeur de la truffe comme étant similaire à celle de sous-vêtements pas lavés. Elle possède une forte odeur âpre et soit vous l’aimez soit vous la détestez. »

    Quand on la déteste, on en mange pas. Les néerlandais sont vraiment nuls en gastronomie 😉
    La critique est ce qui permet de faire le plus parler, réagir, rebondir, que ce soit dans le « J’accuse » de Zola d’il y a un siècle ou dans Techcrunch la semaine dernière — pas vraiment une découverte.

    En revanche, il me semble que la critique et plus généralement la controverse, sont en passe de devenir le vecteur de buzz principal pour faire connaitre une application ou un site internet : par exemple plus on critique Facebook sur le net ou dans les médias, plus on le fait connaitre auprès du grand public et plus ça marche. Si vous publiez un billet « Facebook c’est super », tout le monde s’en moquera ; si vous publiez un « pourquoi je ne crois plus en Facebook », ça fera le tour du web et ça contribuera à installer la très récente marque « Facebook » mieux que n’importe quelle campagne de pub à grand frais. Ce n’est qu’un exemple. On a vu récemment ce cas de figure avec Seesmic et un petit blogueur américain qui a dû exploser son audience habituelle avec un simple podcast débile. Jamais on a autant parlé de Seesmic sur le web et c’est sans doute très bon pour faire connaitre la « marque », pour montrer à ceux qui ne connaissent pas encore que c’est un futur gros site.

    Je ne sais pas si ce rapport à la critique se vérifie dans tous les médias mais en tout cas, ça ne vaut pas pour les produits de consommation pour lesquels la moindre critique médiatisée est plutôt ravageuse en terme de vente.

    Il me semble que la controverse n’avantage que ce qui est d’accès « gratuit ».
    Bon, je divague un peu…

  3. Assez bien vu cet article, c’est vrai qu’il n’y a rien de pire que l’ignorance lorsqu’on lance quelque chose (produit, société etc.)
    Le livre de Guy Kawasaki « L’art de se lancer » reprend un peu ce point de controverse.
    Et puis, on ne peut pas plaire à tout le monde.

    Merci pour la traduction en tout cas 🙂

  4. Emilien : rofl t’es dans la merde si je t’ignore 😉
    Ouinon : Je crois que tu as tout à fait raison, critique & controverse influencent fortement et font que les gens s’intéressent à l’objet des critiques / controverses
    Come : de rien
    Julien : Et alors ? Tout est sujet à controverse, à des degrés plus ou moins forts. Quand je dis la Controverse a du bon, je ne dis pas « Hitler a du bon ». Tu fais des assimilations d’idées pour le moins dérangeantes (notamment le fait de penser à Hitler) 🙂

  5. Juste quelque chose pas par rapport à l’article mais je crois que tu as oublié de modifier la page qui s’affiche aprés avoir envoyer l’email « les conditions » Et bah dedans tu as mis que ton blog n’as pas 1 ans mais maintenant si alors je tenais à te le rappeler

  6. C’est toujours la meme problématique .. Y’a ceux qui suivent, et y’a ceux qu’on suit. A partir du moment ou certains vont commencer à t’aimer, d’autres vont te detester. Faut juste avoir les épaules pour gérer la controverse qu’on déclenche. Et faut faire attention aux retours de batons … Ca donne du piment pour ceux qui aiment le piment =)
    Un bon exemple de controverse en ce moment, c’est Loren Feldman =) http://www.1938media.com

    Après, si on a le caractère… Faut juste pas blesser les gens. ET avoir une bonne dose d’humour envers soi ..

  7. Michael Jackson a déclaré dans les années 80 qu’il voulait qu’on parle toujours de lui, en bien ou en mal : peu importe, du moment qu’il faisait les unes des journaux.
    Je suis pas sur qu’il pensait à tout ce qui lui est arrivé depuis donc comme l’ont dit d’autres lecteurs, il faut avoir les épaules et assumer, parfois plus qu’on l’aurait cru.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *